Une évaluation en cache une autre (partie 4).

25 décembre 2014

Evaluation

Les savoir-faire peuvent être liés directement aux apprentissages. Si on se reporte à ce que nous disons sur « l’apprenti », on peut observer une causalité entre savoir-faire et savoirs. On est en droit de douter du lien causal qui rapprocherait savoir-être et savoirs. Depuis vingt-huit ans que j’observe mes élèves, je suis témoin d’attitude diverses face au travail. Dois-je en retenir plus une comme « meilleure » qu’une autre ? Les performances de mes élèves dépendent elles, réellement, de la nécessaire condition à connaître tel ou tel savoir-être ? Je parle évidemment face au travail ! Que l’acte social, la vie en groupe, nécessite un savoir-être, nous l’entendons. Mais, en tant que pédagogue, doit-on imposer et mesurer une façon d’être face au travail1 ? Je laisse chacun méditer la question, avec comme préalable la lecture de nombreux pédagogues tels Freinet, Montessori,…  

Dessin 8

Il y a l’attitude attendue par l’institution (en termes de société). Donc, l’attitude normée transmise par l’enseignant. Puis, il y a « les » attitudes au travail. Toutes sont respectables et doivent être prises en compte, non comme critère à évaluer, mais comme outils des apprentissages. Si l’élève avance dans ses apprentissages, le savoir-être doit être valorisé et non pénalisé, faute de ne correspondre à celui attendu. Dans le cas contraire, cas où l’attitude n’aide pas à la progression, il revient au pédagogue de proposer la rétroaction indispensable.

Dominique Moreno (Dumè)

1 Le difficile travail d’enseignant conduit souvent à la confusion entre, attitude et aptitude. Une frontière souvent très étroite et qui, parfois, n’est dépassée qu’au fil du temps et de certains combats. On peut rappeler, dans le cas de l’écriture, la norme droitière qui était imposée comme « le bon savoir-être » face à l’écrit. Est-il utile de rappeler ce que certains enseignants pensent du bavardage…surtout quand il est féminin ? On peut lire (ou relire) : « L’école des filles » ; Marie Duru-Bellat ; p. 54 ; L’Harmattan ; 1990.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Moi, moche et ronde |
Diffluence |
Simbaste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dourdan Environnement
| En Balade
| Informationner